Hier

Le ciel ce jour là s’était paré de la couleur de tes yeux.

Larmes noires retenues.

 

Le soleil ce jour là brûlait de la couleur de mes lèvres.

Une boule de cendres dans la gorge.

 

Les oiseaux ce jour là piquaient en rafale sur moi.

Une escadrille meurtrière dans la tête.

 

Le froid ce jour là gelait tes mots.

Un silence de toujours naissait là.

 

La page se tournait.

A propos C comme Corinne

"Pour que le goût des heures soit doux (...) et le reste on s'en fout"
Cet article a été publié dans mes écrits. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s