Au-delà de ton épaule

Novembre à la terrasse

Au chaud de l’émoi

Les doigts se cherchent

 

Les volutes de fumée

Au-delà de ton épaule

Dessinent les mots

 

Nappe de papier blanc

Tatouée, déchirée

A ta poche glissée

 

Les volutes de fumée

Au-delà de ton épaule

Dessinent les sourires

 

A la pétillance de l’eau

Les verts mêlés

Eclaboussent le silence

 

Les volutes de fumée

Au-delà de ton épaule

Dessinent le trouble

 

Les volutes de fumée

Au-delà de ton épaule

Dessinent le bonheur d’être là

 

Les volutes de fumée

Au delà de ton épaule

     Au-delà de ton épaule

Dessinent, dessinent

              Le désir d’être à demain

A demain, à demain, à demain

A propos C comme Corinne

"Pour que le goût des heures soit doux (...) et le reste on s'en fout"
Cet article a été publié dans mes écrits. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Au-delà de ton épaule

  1. Dan dit :

    Encore cette attente du lendemain… J’aime beaucoup ces volutes de fumée qui prolongent l’expression de la bouche et du visage. Bises Dan

    J'aime

  2. « Les volutes partent en fumée… » Dans la tête la chanson de Baschung…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s