Les passantes et Rodin (Fugit amor)

Fugit-amor.JPG(…) Alors aux soirs de lassitude

Tout en peuplant sa solitude

Des fantômes du souvenir

On pleure les lèvres absentes

De toutes ces belles passantes

Que l’on n’a pas su retenir.

 

Antoine Paul

 

 


Publicités

A propos C comme Corinne

"Pour que le goût des heures soit doux (...) et le reste on s'en fout"
Cet article a été publié dans les écrits des autres, bonbons sucrés. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les passantes et Rodin (Fugit amor)

  1. Longtemps que je n’avais pas entendu Brassens. Et les Passantes, d’un inconnu si je ne me trompe pas. Merci de cela. Tu es donc retournée au musée Rodin ? C’est toujours une beauté dans les yeux.

    J'aime

  2. Dan dit :

    Je me suis si souvent approprié cette chanson à la guitare …mais écouter Brassens donne tout le charme à ces paroles. La semaine dernière , pas le temps de passer au musée Rodin, juste vu quelques oeuvres au musée d’Orsay. Merci pour cette belle évocation Bises Dan 

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s