Tu as effleuré ses doigts
Tu as caressé sa main
Large et rassurante

Et tu te demandes
Où se porterait ton regard

Si elle ne t’ouvrait pas le chemin.

A propos C comme Corinne

"Pour que le goût des heures soit doux (...) et le reste on s'en fout"
Cet article, publié dans mes écrits, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour

  1. marieclaudeleloire dit :

    C’est bel et bien le propos, de savoir ce qui serait si notre horizon était autre ? Une évidence est que Nous resterions Nous !
    Amitié .

    J'aime

  2. nous serions sur le chemin. Notre chemin de vie…
    Amitiés

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s